Montel Logo

    Sélectionnez votre langue préférée:

  • * L'édition turque de Montel-Foreks nécessite un accès ou un abonnement d'essai séparé.

Clair

TECHNICAL DIFFICULTIES

Login to Montel Online is currently not available. We apologize for the inconvenience and are working to solve the problem.

Réacteurs belges : anomalies augmentent le risque d'accident

Electricité

12 Oct 2018 15:02

Montel article image

Brittany

12 Oct 2018 15:02

(Montel) L'autorité de sûreté nucléaire belge (AFCN) a annoncé vendredi que les dégradations du béton affectant quatre de ses réacteurs constituent un risque de niveau 1 sur une échelle officielle, et que ces anomalies augmentent les risques d'accident.

Cette problématique « remet en cause la disponibilité des systèmes de secours, ce qui accroît les risques en cas d’accident externe », a fait savoir l’autorité dans un communiqué.

L’AFCN a tout d’abord constaté une dégradation du béton dans le plafond du bâtiment bunkerisé adjacent à son réacteur Doel 3 (1 006 MW), en octobre de l’an dernier.

Le bâtiment annexe au réacteur abrite des équipements de secours tels que des pompes et des générateurs diesel.

Depuis lors, des problèmes similaires ont été constatés à Doel 4 (1 039 MW), Tihange 2 (1 008 MW) et Tihange 3 (1 054 MW). De plus, des anomalies ont également été repérées à l’emplacement des armatures en acier utilisées pour renforcer le béton dans ces bunkers annexes aux réacteurs.

L’exploitant des centrales Engie ayant reporté de plusieurs mois le redémarrage des réacteurs afin de procéder à « des réparations importantes », la Belgique pourrait se retrouver confrontée à un crise d'approvisionnement cet hiver. 

Doel 3, où des ingénieurs ont remplacé le toit de bunker, sera en service pendant environ un mois à compter de la mi-octobre.

Danger en cas de crash

« Certains locaux sont soumis à d’importants relâchements de vapeur. Cette vapeur expose le béton à des conditions chaudes et humides, ce qui a finalement conduit à la dégradation du béton », a expliqué l’AFCN.

« L’ampleur de ces dégradations et anomalies remet en cause la résistance de ces bâtiments face à un accident externe tel qu’une chute d’avion », a-t-il ajouté. L’autorité a assuré que celles-ci n’avaient aucun impact sur la population, les travailleurs et l’environnement.

L'échelle internationale de classement des événements nucléaires (INES) classe les événements nucléaires de 0 à 7, en fonction de leur gravité.
 

Share this article on:

URL copied!

English newswire snapshot

Montel utilise des cookies pour améliorer ce site Web. En continuant à utiliser notre site Web, vous acceptez notre utilisation des cookies. En savoir plus sur les cookies et notre politique de confidentialité.