Montel Logo

    Sélectionnez votre langue préférée:

  • * L'édition turque de Montel-Foreks nécessite un accès ou un abonnement d'essai séparé.

Clair

Technical maintainance

Montel Online is currently unavailable due to technical maintenance.

L’ASN confirme un signe de corrosion sur Chinon 3 (905 MW)

Electricité

17 May 2022 15:34

London

17 May 2022 15:34

(Montel) Le président de l’Autorité de sûreté nucléaire, Bernard Doroszczuk, a confirmé mardi qu’une indication de corrosion a été repérée sur le circuit de refroidissement du réacteur à l’arrêt (RRA) du réacteur de palier 900 MW d’EDF Chinon 3.

« Sur ce réacteur, il n’y a pas eu de corrosion sous contrainte détectée sur le circuit RIS, le circuit d’injection de sécurité le plus important, mais il y a eu une indication qui a été découverte sur un autre circuit, qui est le circuit de refroidissement à l’arrêt » RRA, a déclaré M. Doroszczuk lors d’une audition devant l’Office parlementaire des choix scientifiques et technologiques (OPECST) du sénat.

Il a toutefois ajouté que l’explication de cette indication n’était pas encore établie et nécessitait une expertise.

Ses propos interviennent après qu’une source syndicale a déclaré plus tôt à Montel qu’une indication de corrosion avait été identifiée après découpe d’un coude du circuit RRA de Chinon 3. 

Le président de l’ASN a précisé que d’autres contrôles allaient suivre « dans les prochains mois » sur les réacteurs de 900 MW, notamment à Tricastin 3.

Selon lui, les 32 unités de 900 MW sont les moins affectées du parc nucléaire par le phénomène de corrosion sous contrainte car elles ont une conception différente de paliers 1 300 MW et 1 500 MW, ce dernier palier étant le plus touché.

« Ce n’est pas un phénomène de vieillissement puisque les réacteurs les plus anciens [de 900 MW] sont les moins affectés », a-t-il relevé.

Hiver difficile ?
Par ailleurs, M. Doroszczuk, a admis ne pas pouvoir dire si l’approvisionnement électrique de la France pourrait être garanti cet hiver car « il restait à voir » si les réacteurs de 900 MW pourraient fonctionner comme prévu.

« Pour l’instant il y a des signaux positifs mais il y a un échantillon d’investigations qui reste très faible sur les réacteurs de 900 MW », a-t-il souligné.

Au total, ce sont douze réacteurs de tous les paliers sur lesquels EDF procède actuellement à des expertises, a rappelé le patron de l’ASN.

Ce sont, dans le détail, quatre réacteurs de 1,5 GW – Civaux 1,2 et Chooz 1,2, cinq unités de 1,3 GW – Penly 1, Cattenom 3, Flamanville 1 et 2, Golfech 2 – et trois tranches de 900 MW – Bugey 3, 4 et Chinon 3.

L’électricien public a, pour l’heure, procédé à la découpe de 35 soudures sur les tuyauteries auxiliaires de ses réacteurs et prévoit d’en découper 105 autres d’ici fin juin, a encore précisé M. Doroszczuk.

Share this article on:

URL copied!

English newswire snapshot

Montel utilise des cookies pour améliorer ce site Web. En continuant à utiliser notre site Web, vous acceptez notre utilisation des cookies. En savoir plus sur les cookies et notre politique de confidentialité.