Montel Logo

    Sélectionnez votre langue préférée:

  • * L'édition turque de Montel-Foreks nécessite un accès ou un abonnement d'essai séparé.

Clair

Technical maintainance

Montel Online is currently unavailable due to technical maintenance.

Arrêt de Civaux 1 prolongé, corrosion sur Chinon 3 – CGT

Electricité

17 May 2022 12:48

London

17 May 2022 12:48

(Montel) EDF ne redémarrera pas son réacteur nucléaire Civaux 1 (1,5 GW) avant cet automne, voire en fin d’année, en raison des problèmes de corrosion affectant sa tuyauterie, a déclaré mardi un représentant syndical de la CGT.

Par ailleurs, EDF a trouvé « une indication de corrosion » sur le circuit de refroidissement du réacteur à l’arrêt (RRA) de son réacteur nucléaire Chinon 3, une première pour une unité de palier 900 MW, a fait savoir à Montel une autre source syndicale
 
L’électricien public, qui a arrêté Civaux 1 le 21 octobre, prévoit encore selon dernières données de transparence, de le redémarrer le 31 août.
 
Si les contrôles des tuyauteries auxiliaires au circuit primaire de l’unité seront « prochainement » terminées, des portions de tuyaux affectés par de la corrosion sous contrainte devront toutefois être remplacées, ce qui « va prendre du temps », a expliqué à Montel le syndicaliste de la CGT.

Selon lui, Civaux 1 est actuellement le réacteur du parc nucléaire le plus affecté par ces défauts, alors que certaines fissures atteignent jusqu’à un mètre de long
 
En outre, la visite décennale de l’unité, interrompue en raison de la découverte de fissures due à de la corrosion en fin d’année dernière doit avancer, a-t-il précisé. 
 
EDF a déjà prolongé en janvier l’arrêt de la deuxième tranche de la centrale, Civaux 2 (1,5 GW), jusqu’au 31 décembre en raison de problèmes similaires.
 
Le représentant syndical a également affirmé que le circuit d'injection de sécurité (RIS) de la tranche 2 de la centrale (3 GW) – où les contrôles des circuits auxiliaires sont moins avancés que sur la tranche 1 – était également concerné par des fissures « bien dues à de la corrosion ».
 
EDF avait annoncé dans un premier temps avoir identifié ce type de défauts sur cinq de ses 56 réacteurs français, dont Civaux 1 et 2. Mais l’entreprise a récemment revu ce chiffre à la baisse, parlant de trois réacteurs touchés dont Civaux 1 uniquement, après de nouveaux examens par ultrasons. 
 
Chinon 3 

En outre, l’électricien public a annoncé dans un communiqué début avril que des signes de corrosion potentielle avaient été détectés lors d’inspections par ultrasons sur la tuyauterie auxiliaire au circuit primaire de quatre de ses unités nucléaires, dont Chinon 3.
 
Des portions de circuits auxiliaires de Chinon 3 ont ainsi été découpées afin de pouvoir vérifier si elles étaient affectées par le phénomène de corrosion. Ce procédé a permis pour l'heure de découvrir une indication de corrosion, selon une source syndicale.
 
« On s’attendait à peut-être trouver quelque chose sur le circuit d’injection de sécurité (RIS) mais c’est le circuit RRA qui est touché au niveau d’un coude », a-t-elle précisé.
 
Contactée par Montel, EDF a déclaré ne pas pouvoir confirmer cette information, les contrôles étant toujours « en cours » sur Chinon 3.
 
Jusqu’à maintenant, les contrôles par ultrasons menés par le groupe français ont confirmé l’identification de corrosion sous contrainte sur les tuyaux de deux réacteurs de palier N4 – Civaux 1, Chooz 1 (1,5 GW chacun) – et un réacteur de palier 1 300 M, Penly 1.
 
EDF prévoit de contrôler ses 56 réacteurs français d’ici fin 2023, craignant un défaut générique.

Share this article on:

URL copied!

English newswire snapshot

Montel utilise des cookies pour améliorer ce site Web. En continuant à utiliser notre site Web, vous acceptez notre utilisation des cookies. En savoir plus sur les cookies et notre politique de confidentialité.