Montel Logo

    Sélectionnez votre langue préférée:

  • * L'édition turque de Montel-Foreks nécessite un accès ou un abonnement d'essai séparé.

Clair

Technical maintainance

Montel Online is currently unavailable due to technical maintenance.

Des fissures de corrosion sur un 8e réacteur d’EDF – source

Electricité

13 Apr 2022 14:50

Photo: La centrale de Cattenom, Shutterstock.com

Photo: La centrale de Cattenom, Shutterstock.com

London

13 Apr 2022 14:50

(Montel) Un huitième réacteur du parc nucléaire d’EDF – Cattenom 3 (1,3 GW), dans le nord-est de la France – présente des fissures au niveau des soudures du circuit d’injection de sécurité (RIS), a déclaré une source syndicale à Montel mercredi.  

Cette source a affirmé que deux coudes de la tuyauterie étaient affectés et que leur remplacement était « en cours de validation ».

Cattenom 3 fait partie des six réacteurs, sur un total de 56, qu’EDF considère comme « prioritaires » pour des contrôles sur les circuits RIS et les circuits auxiliaires. Cela fait suite à la découverte de fissures sur cinq premières unités – Civaux 1 et 2, Chooz 1 et 2 (1,5 GW chacune) et Penly 1 (1,3 GW). 

La semaine dernière, une source syndicale a annoncé que des fissures avaient également été détectées sur les réacteurs Flamanville 1 et 2 (1,3 GW chacun).

Contactée par Montel, EDF n’était pas immédiatement disponible pour commenter.

De son côté, une porte-parole de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a déclaré qu'EDF travaillait actuellement « à définir les modalités de réparation » des fissures repérées sur les huit réacteurs. 

« EDF devra soumettre le dossier de réparation à l’ASN avant d’engager les travaux », a-t-elle ajouté.

Prolongement des arrêts
L’électricien public a stoppé Cattenom le 26 mars pour effectuer ces contrôles et a récemment prolongé cet arrêt de trois mois et demi, jusqu’au 14 août. 

Il a également récemment repoussé les redémarrages de Flamanville 2 de deux mois et demi, au 29 juillet, et de Chooz 2 de plus de huit mois, au 31 de décembre. 

EDF a averti que les arrêts liés aux examens des circuits de sécurité et auxiliaires pourraient être encore prolongés. L’entreprise prévoit que vérifier l’ensemble de ses 56 réacteurs prendra « environ deux ans ». 

La faible disponibilité nucléaire due à ces problèmes a contraint le groupe à revoir à la baisse son objectif de production nucléaire pour 2022 à 295-315 TWh, un record de 30 ans. 

Mercredi, la production nucléaire française s'élevait à 31,7 GW, soit une baisse de 6,4 GW par rapport à la même date l’an dernier.

Actualise la dépêche publiée à 13:22 CET avec déclarations de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

 

Share this article on:

URL copied!

English newswire snapshot

Montel utilise des cookies pour améliorer ce site Web. En continuant à utiliser notre site Web, vous acceptez notre utilisation des cookies. En savoir plus sur les cookies et notre politique de confidentialité.