Montel Logo

    Sélectionnez votre langue préférée:

  • * L'édition turque de Montel-Foreks nécessite un accès ou un abonnement d'essai séparé.

Clair

Technical maintainance

Montel Online is currently unavailable due to technical maintenance.

Production de l'EPR « 3 fois plus chère » que celle des ENR

ElectricitéRenouvelables

24 Nov 2021 14:29

London

24 Nov 2021 14:29

(Montel) Les coûts de production de l’électricité nucléaire issue de l’EPR de Flamanville seront trois fois plus élevés que ceux des sources renouvelables les plus compétitives, affirme Greenpeace dans un rapport publié mercredi.

L’organisation écologiste, qui appelle à un mix électrique 100% renouvelable à l’horizon 2050-2060, met en évidence « un écart de l’ordre de EUR 100 à 110/MWh » entre le nucléaire provenant du réacteur européen pressurisé (EPR), dont le coût est chiffré à EUR 164/MWh, et le photovoltaïque au sol et l’éolien terrestre.

Elle évalue la production du parc historique à EUR 72/MWh, contre EUR 52/MWh selon EDF et EUR 48/MWh selon la Commission de régulation de l’énergie (CRE).

Greenpeace relève en outre que la majorité des énergies de source renouvelable sont plus compétitives que le « vieux nucléaire ».

C’est le cas du photovoltaïque au sol ou sur grandes toitures, avec une production à EUR 51/MWh et EUR 68/MWh, respectivement, soit 29% et 6% moins chère que le nucléaire existant, et de l’éolien terrestre à EUR 58/MWh (-19%), selon ses calculs qui intègrent « l’ensemble des coûts de production et d’investissements ».

L'ONG calcule par ailleurs un coût du photovoltaïque résidentiel à EUR 160/MWh, en raison de l’échelle très réduite des systèmes considérés (entre 3 et 9 kWc) qui implique des « coûts fixes élevés ».

Quant à l’éolien en mer posé, à EUR 82/MWh, il revient en moyenne 41% plus cher que l’éolien terrestre en raison de coûts d’investissement et de maintenance plus élevés.

L’évolution du système électrique français, dont la part du nucléaire doit tomber à 50% d'ici 2035 contre 70% actuellement, fait l’objet d’âpres débats en France. Début novembre, le président Emmanuel Macron a donné son feu vert à un nouveau programme nucléaire, une première dans le pays depuis trente ans. 

L’ONG et l’institut indépendant Rousseau se sont penchés sur les coûts de l’énergie bas carbone, en y intégrant notamment les frais d’exploitation, de combustibles et de maintenance pour ce qui concerne nucléaire.

Greenpeace admet qu’un écart entre les coûts de production de l'EPR de Flamanville (1,6 GW) et ceux du nucléaire existant est normal, l’EPR étant une tête de série, mais elle le juge toutefois « trop important ». Elle pointe notamment l’envol des investissements prévus, chiffrés à plus de EUR 19 milliards par la Cour de Comptes, alors que le démarrage de la tranche, prévu en 2023, n'a pas encore eu lieu. 

Dans un rapport publié l’an dernier, la Cour avait évalué le coût de la production électrique de l’EPR de la Manche à EUR 110-120/MWh. La dernière estimation d’EDF remonte elle à 2008, à EUR 54/MWh.

 

 

Share this article on:

URL copied!

English newswire snapshot

Montel utilise des cookies pour améliorer ce site Web. En continuant à utiliser notre site Web, vous acceptez notre utilisation des cookies. En savoir plus sur les cookies et notre politique de confidentialité.