Montel Logo

    Sélectionnez votre langue préférée:

  • * L'édition turque de Montel-Foreks nécessite un accès ou un abonnement d'essai séparé.

Clair

Technical maintainance

Montel Online is currently unavailable due to technical maintenance.

Possibles coupures d'électricité en France fin janvier

ElectricitéRemitPolitique

12 Jan 2021 14:01

Montel article image

Paris

12 Jan 2021 14:01

(Montel) Des coupures d’électricité tournantes pourraient se produire la dernière semaine de janvier en cas de probable vague de froid, dans un contexte de faible disponibilité nucléaire, estiment un trader et des experts.

« Si le scénario est sensiblement plus froid que les moyennes, il y aura des coupures [locales] c’est certain », a déclaré à Montel un trader en électricité basé en France.

« Actuellement, le réseau n’est pas configuré pour faire face à des températures de -3°C ou -4°C en dessous des normales de saison. On n’est pas armés en raison de la capacité nucléaire à 51 GW, », a-t-il ajouté, estimant qu’il manque 5 à 6 GW comparé à la normale pour cette période.

Les prix du contrat pour la quatrième semaine du mois de janvier s’échangeaient dernièrement à EUR 78,50/MWh, un bond de 36% sur le prix de clôture de lundi de EUR 57,50 en raison des prévisions météorologiques.

Les prévisionnistes s’accordent sur le fait que les températures au travers de l’Europe seront sous les normales saisonnières fin janvier dans une fourchette comprise entre -1°C et -5°C.

Selon SMHI, le risque de vague de froid est accru à partir du 22 janvier avec des températures « très probablement jusqu'à environ 5 degrés en dessous de la moyenne ».

Nucléaire stable
En parallèle, la disponibilité nucléaire devrait stagner à environ 51-52 GW au mois de janvier, avant d’entamer une décrue à partir du 13 février à 48 GW, puis sous la barre des 40 GW vers le 20 février, selon les calculs de Energy Quantified, une société de Montel.

Vendredi, la France a activé l’alerte rouge de 7h à 13h, demandant aux Français de réduire leur consommation. Une consommation de 88 GW s’annonçait alors que l’approvisionnement devait atteindre 88,2 GW, du fait de températures 4 à 4,5°C au-dessous des normes saisonnières. 

Le pays a néanmoins évité un manque d’approvisionnement électrique principalement grâce aux 3,5 GW d’importations nettes et à la baisse rémunérée de la consommation d’entreprises et d’opérateurs, selon le gestionnaire de réseau RTE.

« Si en janvier ou février on a des vagues de froid avec des températures sous les normales de saison importantes et ce pendant plusieurs jours, sans vent, on peut avoir recours à des moyens post-marchés », pour rétablir l'équilibre du réseau, a indiqué une porte-parole de RTE, faisant écho au rapport du gestionnaire publié en novembre. 

Les leviers GRT pour éviter un éventuel black-out sont l’interruptibilité, soit l'interruption de la consommation des industries gourmandes en énergie (qui peut atteindre jusqu'à 2 GW), la baisse de la tension électrique du réseau, et en dernier lieu des coupures tournantes. Ces coupures sont opérées par RTE sur une base locale et temporaire.

Demande en baisse
Toutefois, une baisse de la demande électrique liée au couvre-feu dans le pays en raison du coronavirus, que RTE estime à 3% fin 2020, devrait continuer d’atténuer de potentielles pics de consommation.

Le premier confinement de la population française entre mi-mars et mi-mai avait fait chuter la consommation d’électricité jusqu’à 20% tandis que l’impact du deuxième confinement, plus souple, avait amorti la baisse, de 4% environ.

Selon Yves Le Thieis, analyste senior chez Compass Lexecon, « tant que l’épidémie de la Covid-19 continuera d’affecter l’économie en raison de restrictions de mouvements de la population ou de confinements, la demande en électricité, même en période de grand froid, ne devrait pas dépasser le plafond des 90 GW ».

D’autres experts pointent également un pic de consommation maximale des Français cet hiver à 90-95 GW.

La consommation électrique a atteint un record historique de 102 GW en février 2012 lors d’une vague de froid intense de treize jours.

Le trader français note par ailleurs qu'« il est parfaitement possible d’avoir des températures très froides en février » et que le risque de coupures demeurera à cette période en raison de la baisse drastique du nucléaire.

Share this article on:

URL copied!

English newswire snapshot

Montel utilise des cookies pour améliorer ce site Web. En continuant à utiliser notre site Web, vous acceptez notre utilisation des cookies. En savoir plus sur les cookies et notre politique de confidentialité.